Et la générosité, bordel ?

Authenticité, sincérité, synchronisation (celui là il est barbare) sont des mots qu’on entend très souvent quand on parle de communication.

source : http://melastardu13.centerblog.net/rub-couleur-rose-.html?ii=1#228799-1723

 

J’aimerais m’attarder sur un mot trop peu mis en avant à mon goût : LA GÉNÉROSITÉ  Vous pouvez être authentique, sincère si vous n’êtes pas généreux il vous manque l’essentiel.
La générosité c’est ce qui transforme une idée en cadeaux.

La générosité c’est une intention, elle n’a aucune forme particulière. C’est un fluide invisible qui s’échappe par tous les pores de celui qui parle pour irradier autour d’elle. Tu peux créer toutes les conditions pour qu’on croit en ton idée, pour qu’on retienne ton idée, pour qu’on parle de ton idée si tu n’es pas généreux, ton idée ne t’échappera jamais pour vivre sa vie et rayonner comme elle devrait. La générosité c’est ce qui transforme une leçon en rêve, une idée en sensations, un son en résonance… La générosité c’est ce qui fait que ton idée est unique. La générosité c’est ce qui te connecte aux autres, c’est un guide intérieur qui transforme les jugements et le regard de l’autre.

Suis-je généreux ? Suis-je généreux, parfois, tout le temps, jamais ? Est-ce difficile ? Est-ce que je sais ce que c’est que d’être généreux ? Est-ce que je crois savoir ce que c’est ?

 

Pour répondre à ces questions il faut l’avoir éprouvé. Il faut avoir touché du doigt ce que c’est que d’être généreux devant une salle où des dizaines, des centaines de paires d’yeux sont braquées sur vous. Si vous l’avez été, si vous l’êtes… alors vous le savez. Parce que être généreux c’est savoir s’effacer. C’est remiser son EGO au placard.

Personnellement je ne le suis pas tout le temps. Parfois je n’y arrive pas. Parfois c’est difficile. Mais pour l’avoir déjà été, je sais alors quand je ne le suis pas.

Il y a des situations où je le suis presque tout le temps. Quand j’anime des groupes par exemple.
Je crois que j’arrive à me conditionner pour avoir cette forme de présence aux autres qui les rend plus importants à mes yeux que le message que je dois leur délivrer.

Parfois je suis complètement à coté de la plaque, et parfois, j’y parviens. En conférence, en rendez-vous client ou même avec des amis.
Qu’est-ce qui me fait passer d’un état à un autre ?
Le regard que je pose sur l’autre.
Si je vois l’autre comme un ennemi… inutile de dire que ça marche pas.
Si je le vois comme un évaluateur,  ça ne fonctionne pas non plus,
Si je lui donne du pouvoir sur moi, ça ne fonctionne pas non plus,
Si je le vois comme quelqu’un de neutre, ça ne fonctionne pas non plus,

La seule chose qui fonctionne c’est de voir l’autre comme un allié….
Et ça, même si c’est le plus gros… des gros cons !

Très beau témoignage client

Bonne Année 2016 ;-)

Du rêve à la réalité ? OSER !

Quels outils pour vos Prez ?

Pensez-vous que changer le logiciel de présentation changera la présentation ?

On me pose très souvent la question : quel logiciel utiliser pour faire des présentations ? Parmi la multitude de logiciel présents certains semblent emporter l’adhésion du public et ont su séduire par leur format « original » et « différent ». Pour découvrir cette multitude je vous renvois à Google ou encore sur ce lien : Le TOP 10 des alternatives à Powerpoint

Mon constat à ce stade c’est que l’on a toujours pas réglé la vrai question. Vous pouvez bien acheter les meilleurs produits au marché, en provenance des meilleurs producteurs et aller cueillir vos herbes dans les pâturages à la façons Marc Veyrat, ça ne fera pas de vous l’homme au chapeau.

« Savoir Présenter ne dépend pas de votre logiciel »

On dirait une vérité Lapallicienne… C’est bien ça ! Et pourtant nombreux sont ceux qui pensent que c’est l’outil qui bosse. Un peu comme quand vous pestez contre votre raquette de tennis ou votre club de golf. Faut bien attribuer l’échec à une cause extérieure… ça fait moins mal à l’EGO.

Je vous partage un secret. Pour faire les meilleurs présentations du monde et travailler votre leadership, si vous répondez correctement à ces 3 questions… vous aurez fait 50% du travail :

1 / Qui est mon public et comment voit-il les choses ?
2 / Quelle action, quel engagement j’attends de lui ?
3 / Qu’a-t-il besoin de savoir d’essentiel pour passer à l’action ?

« Attention, répondre à ces 3 questions est beaucoup plus subtil que cela en a l’air ».